mardi, septembre 04, 2007

Gorin-No-Sho Poker (Part I of II)


Il y a quelques temps, je discutais avec un ami de longue date qui se mettait au poker, il me demandait quels livres étaient essentiels pour progresser. Je n’ai pas su lui répondre…car en fait, ils ont tous leurs parts de vérité, et sur quelques pages une ou deux étincelles qui éclairent l’espace d’un instant la morne lecture. Bien sur, les adeptes de D. Harrington foisonnent, les disciples de Doyle ou les brebis du gourou franco-brésilien FM existent mais je reste persuadé que les livres qui nous font avancer sont ceux qui nous parlent, pas forcement des best-sellers, ce serait trop facile. Inévitablement, l’ouvrage que je lui donna en référence ne fut pas un livre sur le poker mais en fait la référence que je cite ici et la sur ce blog depuis un an, le Gorin-no-sho de Shimmen Mushashi…
J’était au café Virgin tout l’après-midi ce jour là, à bouquiner des mangas avant d’aller à l’ACF le soir et je suis tombé sur le joyau de Takehiko Inoue : Vagabond. Dévorant les premières pages hallucinantes de beauté, j’ai voulu aller plus loin et je me suis jeté sur le roman original (Le sabre et la pierre) puis finalement sur cet essai de tactique de bretteur de la main même du héros du livre : Le traité des 5 roues (Gorin-no-Sho).

Poker et sabre, même école ? A vous de juger, deux posts seront consacrés à quelques passages assez (litote inside) intéressants :

Règles pour pratiquer la Voie :
- Eviter toutes pensées perverses
- Se forger dans la Voie en pratiquant soi-même, et non par le jeu des idées
- Embrasser tous les arts, et non se borner à un seul
- Connaître la Voie de chaque, et non se borner à celui que l'on exerce soi-même
- Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose
- En toutes choses s'habituer au jugement intuitif
- Connaître d'instinct ce que l'on ne voit pas
- Prêter attention aux moindres détails
- Ne rien faire d'inutile

Il faut bien considérer la situation tantôt dans son ensemble, tantôt dans son détail. L'ensemble est facile à voir, mais les détails sont imperceptibles car les actions d'une masse ne peuvent être modifiées rapidement, donc elles sont faciles à découvrir tandis que les actions d'une seule personne sont modifiables par une décision unique donc c'est un détail difficile à saisir. Il ne faut pas perdre de vue tout cela. Il est question d'action immédiate et il faut s'y exercer chaque jour et s'y accoutumer quotidiennement. Dans les cas d'urgence il faut se montrer prêt, l'esprit immuable.

Il faut comprendre l'école à laquelle appartient l'adversaire, juger de son caractère, discerner ses points faibles de ses points forts. Utiliser des moyens d'assaut différents de ceux que l'adversaire attend. Sentir les hauts et les bas dans la cadence de l'adversaire, et connaître ses rythmes. Ainsi, il est important de prendre l'initiative.
Il y a 2 façons de prendre l'initiative:
- Initiative de provocation: Si vous voulez attaquer le premier, demeurez calme et, brusquement, attaquez avec rapidité et, tandis que le fond de votre esprit reste stagnant.
- Initiative d'attente: lorsque votre adversaire passe à l'assaut et arrive vers vous, demeurez indifférent et faites semblant d'être faible. Lorsqu'il se rapproche encore plus, reculez fort et faites semblant de bondir en arrière. Lorsque vous découvrez que votre adversaire ralentit quelque peu son assaut, passez d'un seul coup à la contre-offensive.

En toute chose il y a rythme. Dans le cas particulier du rythme de la tactique on ne peut l'atteindre sans s'exercer. Si l'on regarde autour de soi, on constate que l'existence du rythme est claire dans la danse, la musique et les instruments de musique. Lorsque le rythme domine, l'exécution est bonne. Dans tous les arts et techniques on ne peut aller contre le rythme.
Dans les affaires abstraites également, c'est le rythme qui domine. Ainsi dans chaque domaine il y a des rythmes différents. Il faut savoir discerner le rythme ascensionnel et le rythme décadent de toute choses. Plusieurs sortes de rythmes se remarquent dans la tactique. Il faut d'abord connaître le rythme concordant, puis comprendre quel est le rythme discordant. Il faut savoir discerner le rythme qui sied bien, le rythme à saisir selon l'occasion et le rythme contrariant, tous les rythmes qu'ils soient larges ou étroits, lents ou rapides, sont caractéristiques de la tactique. Tout particulièrement, si l'on ne saisit pas le rythme contrariant, la tactique ne sera pas sur des bases solides. Dans les combats de la tactique il faut connaître les rythmes de chaque adversaire et il faut se mettre au rythme inattendu de l'ennemi. Alors on peut vaincre ses adversaires en se mettant sur un rythme "vide" en partant d'un rythme né de l'intelligence.

En toute chose il y a effondrement: la maison s'effondre, le corps s'effondre, et un adversaire s'effondre. Le moment venu; le rythme change, et ainsi l'effondrement de produit.
Dans la tactique de masse, il faut connaître le rythme afin que les adversaires s'effondrent. Il est important de les pourchasser immédiatement sans laisser s'écouler aucun temps. Si vous perdez du temps à souffler pendant cet effondrement, alors vos adversaires auront le temps de se restaurer.
Dans la tactique individuelle, au cours d'un combat, le rythme de l'adversaire devient désordonné et son effondrement apparaît. Si vous laissez passer cette occasion, il se restaurera, aura une énergie nouvelle, et le combat ne marchera pas bien. Il est important de poursuivre à coup sûr au moment des premiers symptômes d'effondrement, afin que l'adversaire ne puisse se restaurer. Il faut poursuivre d'une manière directe et forte et lui porter un coup décisif afin qu'il ne puisse se restaurer.

Sur le chemin le plus long, on avance pas à pas. Aujourd'hui vainquez le "moi" d'hier et demain vainquez celui qui vous est inférieur, puis un autre jour vous vaincrez ceux qui vous sont supérieurs.

Chez les pratiquants de n'importe quelle Voie se trouvent toujours des hérétiques. Même si quelqu'un pratique chaque jour assidûment dans une Voie, s'il est tant soit peu dans l'erreur tout en étant persuadé d'être sur le bon chemin, malgré tous
ses efforts, sa voie ne sera pas la Voie.

Je vous laisse méditer sur ces mots…petits scarabées :)




5 Comments:

At 21:36, Anonymous lasticot said...

secret story :)

Sérieux PAT arrête de fumer la moquette!!!!
l'adage du jour: le rythme et la voie sont dans un bateau: le rythme coule, la voie est perdue et le bateau s'effondre!

putain c'est chouette le poker...

bon les gars revenons sur terre: le poker c simple:
Avant tout suivre son instinct mais pas ses pulsions. Mélanger à une approche des probas aiguisé et une bonne dose de savoir faire et le tour est joué! Atention à ne jamais sous estimer ses adversaires sauf les donks comme dioscure :)

A+

Lasticot

 
At 01:31, Blogger loorent said...

mais ils me laisseront jamais rentrer avec un sabre, les physio de l'ACF ???!!!...


...franchement y'en a certains la bas a qui je ferais bien trouver la voie, façon lao tseu....

 
At 13:45, Blogger Frédéric "LCF" Dupont said...

Qu'est ce qui se passe pour Patrick B qui s'est cassé la voix il y a déjà bien longtemps ?
Peut on dans se cas retrouver sa voie ?

Pourquoi il a t'il dans l'art de notre Voie autant de disciples qui s'enVOIEnt en l'air avec rien tirage rien ?

...

Bon en tout cas je retiens surtout la notion de rythm avec laquelle je suis bien d'accord. Pour gagner au pok il faut un bon rythm et une bonne chatte :-)

 
At 15:12, Anonymous Anonyme said...

je partage aussi l idée d instinct, qui prime sur tout quand les standards de proba sont maitrisés.
Doyle appelle ça l'ESP, mais on est bien d accord que meme si c est dur faut ecouter son instinct. Meme si un instinct de volaille, c est dur à assumer.

le KFC

 
At 04:46, Anonymous Anonyme said...

Rien ne sert de tourner autour du pot, il faut le prendre!
Il faut trouver la Voie de la chatte et lui imposer son rythme!


Signé Bigard en lacoste!

 

Enregistrer un commentaire

<< Home